217 ecole buissoniereUn film qui porte des valeurs, telle que la passion de la nature, de la chasse et de la pêche. Le film L’Ecole Buissonnière, réalisé par Nicolas Vanier, sort en salle le 11 octobre. La Fédération Nationale des Chasseurs a eu un véritable coup de coeur pour cette oeuvre cinématographique, qui porte les valeurs d’une passion pour la nature qui sont les nôtres.

Un film à voir absolument sur grand écran. Ce film, qui « n’est pas sur la chasse », comme le souligne Nicolas Vanier lui-même, a pour toile de fond la nature et la passion qui s’y rattachent comme la chasse et la pêche. Le partage, la découverte de la faune, le plaisir de chasser et de manger le produit de sa quête, sont autant d’éléments qui ont convaincu la FNC de soutenir ce film.

 

Ici une biche, là un cerf, plus loin c’est un renard, un héron, un canard qui se découvrent aux yeux des spectateurs néophytes. Car ce film conte une histoire qui va bien au-delà de celle d’un petit orphelin de Paris, projeté par la vie dans la Sologne profonde. C’est l’histoire des valeurs simples, des plaisirs partagés et du monde rural. C’est également l’histoire d’un apprentissage, d’une transmission.

Certes les portraits dressés par Nicolas Vanier peuvent heurter la sensibilité des puristes chasseurs - Totoche est un braconnier de la première heure et le comte est un adepte de la chasse aristocratique - mais combien de films suivent la vie d’un domaine où l’on chasse à courre, organise des battues et où l’on prend plaisir à prélever un lièvre, une perdrix ou à observer un cerf ?

« Ce film peut porter une émotion au sein de notre société que nous ne pouvions pas manquer. L’Ecole Buissonnière raconte au cinéma les valeurs d’une passion pour la nature comme cela n’a jamais été fait auparavant », explique Willy Schraen, président de la FNC.