Le plan de gestion "Sanglier"

Le plan de gestion sanglier a été mis en œuvre dans le cadre du SDGC 2004/2010. Il a été précédé par la mise en place d’un plan de chasse sanglier, tout d’abord en 1988 sur le massif de la forêt d’Eu et les territoires périphériques, puis sur le massif de la Forêt d’Eawy dans les mêmes conditions en 1990. Le plan de gestion permet un fonctionnement plus souple. Il est décliné sous la forme de schémas locaux de gestion cynégétique de niveau 1 et 2 appelés couramment PG1 ou PG2 sanglier.

 

Le plan de gestion se décline à l’échelle des unités de population sous la forme de schémas locaux de niveau 1 (PG1) et de niveau 2 (PG2), conformément aux prescriptions du schéma départemental de gestion cynégétique (Actions N°28, 30, 32, 33, 34, 37). Il s’appuie notamment sur le plan d’action en faveur de l’équilibre agro cynégétique et de la gestion consolidée des dégâts agricoles du grand gibier pour et le Plan National de Maîtrise du Sanglier (Action N°29).

 

PG sanglierLe plan de gestion défini ci-après s'inscrit comme un objectif prioritaire dans la recherche du meilleur équilibre entre le niveau des effectifs de sanglier et celui des dégâts susceptibles d'être occasionnés par cette espèce, en particulier dans les zones agricoles (équilibre agro-sylvo-cynégétique).

Le plan de gestion prend en compte d’autres objectifs validés dans le cadre du SDGC, notamment celui de recourir à un agrainage dissuasif adapté uniquement en traînée et celui de limiter la fragmentation de l’espace en réduisant autant que possible la protection des cultures à des protections électriques parcellaires (en opposition aux protections par clôtures

électriques linéaires) », ceci afin de permettre la libre circulation des animaux.

Le maintien des équilibres agro-sylvo-cynégétiques doit contribuer à maintenir cette espèce dans un état sanitaire satisfaisant.

 

Cadre général d'application :

Le plan de gestion "sanglier" s'applique à tous les chasseurs pratiquant dans le département et à tous les types de chasse et de territoires, boisés ou non.

Les unités de population « sanglier » (ou unités de gestion), constitueront le cadre privilégié de la gestion des effectifs de sanglier.

 

L’unité de population est définie comme suit :

« Une population de sanglier est constituée par un ensemble d’individus ayant habituellement entre eux des rapports d’ordre social. Elle vit sur une aire bien définie comprenant une ou plusieurs étendues boisées bordées le plus souvent d’espaces à vocation agricole, d’une superficie totale allant de 2000 à 15-20 000 hectares, voire plus. Le périmètre qui circonscrit la surface occupée correspond fréquemment à des limites naturelles ou artificielles telles que vallées, rivières, voies de circulation, lignes de crête. Le découpage géographique de ces unités de population est parfois difficile, surtout si les boisements sont continus et de vastes étendues. Si les boisements sont épars au milieu de plaines cultivées, la localisation et l’importance des dégâts, le cheminement habituel des sangliers permettent de fixer assez facilement les limites des populations. La sortie des sangliers hors de ces limites est presque toujours accompagnée d’un retour.

L’unité de gestion devrait correspondre à l’unité de population ».

 

Modalités pratiques :

(Applicables à l'ensemble des chasseurs et des territoires dans le département 76)

Chaque détenteur de droit de chasse ou de chasser bénéficiaire d'un plan de gestion "sanglier", doit être obligatoirement en possession d'un carnet de chasse délivré par la Fédération des Chasseurs.

Le dispositif de marquage est obligatoire pour l'ensemble du département. Il pourra prendre une forme différente selon le niveau de gestion appliqué (1 ou 2) sur l’unité.

 

 

Description des 2 types de schémas locaux

Le Schéma Local (SLGC) de niveau 1 ou "PG1"

  • Chasse dans les maïs autorisée, uniquement en battue, avec un maximum de 20 fusils par territoire, du 15 août au Samedi précédent l'ouverture générale de la chasse (4ème Dimanche de Septembre)
  • Chasse en plaine, avec un maximum de 20 fusils par territoire, de l'ouverture à la fermeture générale de la chasse
  • Chasse en plaine à la "rattente (1)" interdite
  • Chasse au bois ou assimilés au bois (2) de l'ouverture à la fermeture générale de la chasse

 

 

Le Schéma Local de niveau 2 ou "PG2"

  • Chasse dans les maïs, uniquement en battue, avec un maximum de 20 fusils par territoire, du 15 août au Samedi précédent l'ouverture générale de la chasse (4ème Dimanche de Septembre).
  • Chasse en plaine de l'ouverture générale au 15 décembre, avec un maximum de 20 fusils par territoire
  • Chasse en plaine à la "rattente (1)" interdite
  • Chasse au bois ou assimilés au bois (2) de l'ouverture à la fermeture générale de la chasse avec quota de prélèvement par territoire ré-ajustable en cours de saison

 

(1) la chasse à la "rattente" consiste à être en attente du passage d'un ou plusieurs sangliers poussés par une autre action de chasse organisée à laquelle le ou les chasseurs de plaine ne participent pas.

(2) un territoire boisé ou "assimilé", est un territoire autre qu'un territoire cultivé ou en prairie, à l’exception des cultures énergétiques qui seront également assimilées à un territoire de bois. La liste des cultures énergétiques concernées est définie annuellement par la commission d’arbitrage.

 

Pour plus d’informations, consulter le SDGC 2010/2016 et les arrêtés préfectoraux correspondants.

 

Plan de gestion sanglier

KT03 GIC PG PGsanglier
Version image Accédez à la carte interactive